La spiruline et sa culture écologique

Au vu de sa capacité de rendement et sa valeur énergétique, la moitié de la France cultivée en spiruline produirai l’apport en protéine suffisant pour nourrir le monde. Le défi de la surconsommation de viande et de maltraitance animale pourrait-être relevé. On pourrai facilement endiguer l’exploitation de la forêt amazonienne pour la production du soja et du maïs.Tout ceci fait de la spiruline un des atouts fondamentaux d’une nouvelle économie, de notre avenir, et d’un environnement stable dans la gestion des ressources naturelles, utilisons la !

Sa culture demande essentiellement de l’eau, du gaz carbonique, de la lumière et de la chaleur. Cette micro algue ne nécessite pratiquement aucun traitement par pesticides ou herbicides, ni aucun conservateur. L’empreinte écologique de la spiruline est d’autant plus réduite qu’elle ne requiert ni une grande quantité d’eau, ni de grandes surfaces. Le rendement de protéines à l’hectare est exceptionnel et le besoin en main d’œuvre reste assez faible. Compte tenu de sa productivité importante, la spiruline nécessite :

  • 30 fois moins de surface de culture que le soja, 40 fois moins que le maïs et 300 fois moins que la viande de bœuf.
  • 3 fois moins d’eau douce par kg de protéine que pour le soja, 6 fois moins que pour le maïs, 50 fois moins que pour la viande de bœuf.
  • Sa production est très peu coûteuse en énergie. Le rendement énergétique (énergie produite en kg / énergie consommée par kg) est 5 fois supérieur à celui du soja, 2 fois à celui du maïs et 150 fois à celui de la viande de bœuf.

La spiruline est une algue fragile, sa culture demande un travail et un savoir-faire particulier.

8328854107_af7e846241_o

Cultivée essentiellement dans des régions très ensoleillées, la température ne doit cependant pas dépasser les 43 °C pour éviter la mort de la culture. C’est pour cela que les bassins de culture sont souvent ombragés. En dessous de 20 °C, c’est l’arrêt de la croissance de la culture. La température idéale pour cultiver de la spiruline est de 37 °C, avec un rendement moyen de 30 % par jour !

Les enjeux liés aux intempéries sont également très important. Un excès de précipitation signifie une dilution du milieu de culture. A l’inverse, un manque de pluie provoque un assèchement des réserves en eau.

Pour se développer, la spiruline absorbe des quantités importantes de carbone provenant du dioxyde de carbon (CO2) présent dans l’atmosphère. La spiruline contribue donc à la lutte contre le réchauffement climatique.

L’eau utilisée doit être salée et alcaline (c’est à dire légèrement basique), de dureté nulle ou faible (contenant très peu de calcium et magnésium). La qualité de l’eau est constamment contrôlée par des organismes certifiés et indépendants.

Une roue à aube agite en permanence les bassins de culture afin d’absorber un maximum de CO2 et d’éviter à la spiruline présente en surface d’être « brulée » par les rayons du soleil

Il suffit d’un mètre carré de culture pour satisfaire les besoins journaliers d’une à cinq personnes !

Une fois que la concentration de spiruline en suspension dans le bassin de culture est suffisante, l’eau est aspirée, filtrée et la spiruline est lavée. Elle est ensuite essorée en douceur par pression et extrudée en filaments très fins pour être séchée.

Le séchage de la spiruline Equitalgue est fait à basse température (40 °C) afin de préserver un maximum de nutriments et de vitamines. Au final, il reste moins de 9 % d’eau dans la spiruline en paillette une fois conditionnée sous forme brute ou transformée en poudre pour les gélules.

Equitalgue Nutrition & Convictions

Merci de faire des choix qui font la différence !

Avec notre spiruline, vous agissez avec nous contre la malnutrition à Madagascar. Vous soutenez des hommes et des femmes qui s’investissent pour imaginer l’alimentation de demain : une alimentation saine, nutritive et responsable au profit de tous.